Fiscalité du diamant


Un placement assorti de nombreux avantages fiscaux

fiscalité des diamants

La vente et la cession de diamants permet de bénéficier d’avantages fiscaux intéressants.

 

En France par exemple, le diamant d’investissement appartient à la catégorie des biens meubles ; biens induisant une fiscalité très particulière. Celui qui achète un diamant et en paie la TVA peut faire le choix entre deux principaux types de régimes fiscaux : On peut choisir le régime de la taxation forfaitaire à 6.5%.

 

Dans ce cas, le montant du prix de vente est soumis à une taxe qui ne dépasse pas les 6% de ce montant. C’est une taxation bien faible quand on la compare à celle que les détenteurs d’autres types de biens (un logement par exemple) doivent payer. Il existe aussi l’option de taxation sur la plus-value.

 

Dans ce cas, la plus-value (c'est-à-dire le solde prix de vente- prix d’achat) est soumise à un abattement de 19%+15.5% de prélèvements sociaux. Le possesseur du diamant est donc taxé à hauteur de 34.5%.

 

Ensuite, il bénéficie d’abattements fiscaux en fonction de la durée de détention du diamant. Cet abattement est de 10% par an après 2 ans de détention. Et au bout de 22 ans de détention, le sujet est exonéré de taxes sur la possession de cette pierre précieuse.

 

Sachez enfin que les cessions de diamants d’un montant inférieur à 5 000 euros ne sont pas imposables. Par conséquent, l’achat de pierres de diamant d’une valeur de moins de 5 000 euros est un bon plan assorti d’avantages fiscaux inédits.